L'IndispensablE Tristan-Edern VAQUETTE : bio, presse, photos
Vide

Vide

Vide Vide

L'IndispensablE Tristan-Edern VAQUETTE (Docteur ès Sciences, Vicomte de Gribeauval, Prince du Bon Goût, aka Mister Trash, le pape du hardly-listening, le punk rouge ou encore Monsieur Hard-core), est l’une des figures de la scène underground française. Écrivain, musicien, chanteur, performer et même rappeur, il compte à son actif un roman (prix Goya 2003) (un nouveau, très ambitieux, Du champagne, un cadavre et des putes, est en cours d'écriture), quatre spectacles, plus de cinquante chansons, un DVD (deux bientôt...), trois CDs, près de 200 chroniques radios, quelques performances et de nombreux textes. Cette production polymorphe se caractérise à la fois par des racines punks, drôles et engagées, et par une forme très personnelle et particulièrement ambitieuse. C’est ce mélange, cette apparente dichotomie qui caractérise le mieux la spécificité du travail de T-E. Vaquette – du trash-intello, pour ceux qui veulent vraiment une étiquette…

Vide
VideTrait de séparation
Vide

VidePresse

Vide
Vide

(Les interviews vidéos – ça s'imposait – sont sur la page "Vidéos" de ce site)

VideTrait de séparationVide

Interview
(écrite, webzine) sur YakaYaka !

VideTrait de séparationVide

Interview audio
Europe 1

(Frédéric Taddéï, 2006,
MP3 18Mo, 44mn)

Interview audio
Radio Nova

(Les 20mn les plus chères
de la bande FM, 2003,
MP3 5Mo, 13mn)

Interview audio
Radio libertaire

(Nicolas Choquet, 2003,
MP3 21Mo, 52mn)

Interview audio
Radio libertaire

(Nicolas Choquet, 2006,
MP3 18Mo, 46mn)

Interview audio
Radio libertaire

(Nicolas Choquet, 2008,
MP3 33Mo, 1h23)

Interview audio
FPP, Salle 101

(Patrick Imbert, 2006,
MP3 6Mo, 15mn)

Interview audio
FPP, salle 101

(Patrick Imbert, 2008,
MP3 37Mo, 27mn)

Interview audio
FPP, Konstroy

(AbFab, 2008,
MP3 17Mo, 18mn)

Interview audio
FPP, Konstroy

(Bibi, AbFab et
Édouard Nenez, 2008,
MP3 63Mo, 1h09)

Interview audio
RCF Besançon

Le parcours de Vaquette, émission n°1 (sur 5)
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 13Mo, 14mn)

Interview audio
RCF Besançon

Le parcours de Vaquette, émission n°2 (sur 5)
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 14Mo, 15mn)

Interview audio
RCF Besançon

Le parcours de Vaquette, émission n°3 (sur 5)
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 13Mo, 15mn)

Interview audio
RCF Besançon

Le parcours de Vaquette, émission n°4 (sur 5)
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 13Mo, 14mn)

Interview audio
RCF Besançon

Le parcours de Vaquette, émission n°5 (sur 5)
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 14Mo, 15mn)

Interview audio
RCF Besançon

Discussion informelle après l'émission (en "off")
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 38Mo, 42mn)

Interview audio
RCF Besançon

De pages en pages :
Je gagne toujours à la fin
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 28Mo, 30mn)

Interview audio
RCF Besançon

De pages en pages :
Du champagne, un cadavre et des putes
(Alexandre Damiani, 2014,
MP3 26Mo, 28mn)

(ou écoute via Dailymotion)

Interview audio
FPP, salle 101

(Patrick Imbert, 2015,
MP3 65Mo, 36mn)

Interview audio
pour Radio libertaire (?)

(Denis Bourdaud, 2015,
MP3 83Mo, 1h)

Idem, montage resserré sur
Du champagne, un cadavre et
des putes

(MP3 27Mo, 20mn)
(ou écoute via Dailymotion)

Vide VideMontage photos Vaquette

VideTrait de séparation

VidePhoto Vaquette "Interlude drolatique"
Cette photo est de Patrick Imbert, vous pouvez l'utiliser en citant son nom, elle est libre de droit (Merci à lui !)

VideTrait de séparation

Vide

Photo Vaquette par Patrick Imbert avril 2015

Diaporama 2015
(Patrick Imbert)

Vide

Photo Vaquette sur scène 2008-2009

Diaporama 2008 - 2009
(Différents photographes)

Vide

Photo Vaquette par Philippe Matsas 2003

Diaporama 2003
(Philippe Matsas)

Vide

Vaquette avec Jean-Luc Fonck pour Standard

Diaporama 1999 - 2000
(4 photos d'archives)

Vide
Vide

Vide

"Punk normalien hésitant entre cours magistral et tour de chant corrosif, il fait chaire des décombres de la pensée pour asséner ses vérités précaires et ses provocations définitives. Excessif, le pape de l’underground ? Non, opiniâtre, plutôt. Dix-sept ans qu’il traîne de squats en bars pour briser les certitudes. Énervant, le garçon ? Pas vraiment. Intransigeant, surtout. Façon Nietzsche à la sauce Bérus." (L’Humanité)

"Vaquette a un côté punk (mais sans chien, ni Valstar). Vaquette a aussi un côté aristo, mais déviant, du genre à aimer passer pour un anar de droite (voire d'extrême-droite) auprès des bien-pensants politiquement corrects (de gauche), afin de mieux faire comprendre tout le mal qu'il pense de la bien-pensance (de droite)" (le Monde.fr)

"Un brûlot terroriste lancé au visage d’une époque de lâches et de résignés. Vaquette porte l’essence là où est le feu. On rit avec tout, et surtout avec ce qui brûle." (Vérole, Les Cadavres)

"L’IndispensablE a l’élégance du dandy mais pas la futilité, prouvant qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air d’un pouilleux pour être un chanteur engagé. Pour situer Vaquette parmi ses contemporains, il faut regarder du côté des (rares) artistes énervés qui se torchent avec les pages culture de Télérama, démasquent les subversifs subventionnés et défient les codes frelatés de "l’underground" branché.  Jouant avec une aisance incroyable sur tous les registres, infligeant morsure sur morsure au "dernier homme" et disséquant le cadavre, l’IndispensablE vilipende le nihilisme et le fanatisme, la résignation et les plates postures rebelles, avec une ironie jubilatoire... et cette question en filigrane : "Quelle marge de manœuvre reste-t-il à l’homme, après l’Histoire ?" À la fois drôle et soucieux, l’IndispensablE Tristan-Edern Vaquette est un vrai duelliste." (Le Mort-Qui-Trompe)

"Dans le hit-parade de l’extrême, Tristan-Edern Vaquette a atteint depuis longtemps l’Himalaya de la posture terminale : entre trash attitude et fuck altitude." (Intramuros)

"Précis dans le propos, libertaire dans l'esprit, intrépide dans la forme, rigolo et si novateur qu'il suscitera forcément l'envie chez les auteurs moins iconoclastes et l'enthousiasme révolutionnaire chez un nombre exponentiel de lecteurs, ce pavé punk fait la différence par sa grande classe et son degré d'exigence." (L’Idéaliste littéraire)

"Intello provocateur, comique désespéré (comme tous les grands), son dandysme salutaire fera le bonheur de tous les révolutionnaires ratés, ou en devenir." (Nova mag)

"Je m'attendais au pire, et j'ai vu le meilleur. Vaquette raille les idées creuses partagées, il éviscère les lâchetés de la pensée quotidienne, il élève le débat et, bien que se revendiquant seul, forme les troupes à une possible rébellion. Vaquette n'offre pas un prêt-à-penser. Il pratique le nettoyage à sec et injecte du Jet WC dans les têtes pour les déboucher." (Thierry Zalic)

"Vaquette est tout le contraire d'un écrivain pompeux qui se regarde le nombril dans sa tour d'ivoire. Il n’a pas écrit vingt pages que déjà il a broyé Nova, Le Monde, Sarkozy, fait cinq digressions, trois avertissements et un ajout, donné la définition d'orchidoclaste et parlé de sa bite." (Zone mondiale)

"Vaquette n'a de cesse de penser les plaies de notre époque, pas pour les panser mais pour les mettre encore plus à vif. Crevez tous est une autopsie sans anesthésie de notre société." (L'Humanité)

"Son arme favorite : le marteau nietzschéen qu’il assène, tel Thor, dans le fourbi du conformisme. L’esprit Jalons et Hara-Kiri en plus." (Mix)

"Aujourd'hui, plus le moindre petit sourire à l'écoute de la Conjuration de la peur. Faut dire que notre époque, et pas seulement sous la plume de Vaquette, prête fort peu à la rigolade. Et comme il décide d'en être le procureur, elle s'en prend plein la gueule. On retrouve le Vaquette convaincu que son boulot d'artiste consiste à affaiblir les pouvoirs et à engendrer la réflexion sans apporter de réponses toutes faites." (CQFD)

"Incroyablement libre alors que tous les autres aussi énervés, engagés et partisans que lui sont rentrés bien sagement dans le rang et ferment leur gueule pour ne pas handicaper leur plan de carrière... Vaquette est un ovni jubilatoire qui mérite d’être lu car il est un des rares à n’avoir jamais fait aucun compromis avec son Art, son esprit et ses idées. Il dit Bougnoule, il dit Juif, il ne se censure pas, il parle avec des mots aussi libres que lui. Il est punk, il est rabelaisien, il est incroyablement vivant et irrévérencieux, il doit d’ailleurs être le dernier dans ce créneau-là." (Le Mague)

"La prospection rendue difficile par un produit inqualifiable et forcément anti-commercial, transforme l’honnêteté de ce travail en obstacle. Il va falloir forcer les barrages pour imposer l’écoute. Forcer l’attention pour qu’elle s’attarde moins nonchalamment. Priver la quiétude de ceux qui ne supportent pas le risque. L’utopie est l’apanage de certains. Le souci de qualité appartient à d’autres. Avec toutes les difficultés d’un tel projet, il n’y a pas de doute que TEV tiendra la route." (Festival les Aventuriers)

Des interviews "papier" sont à retrouver sur la page "Bio" du site historique de l'IndispensablE.

Vide
VideTrait de séparation
VideBio sommaire
Vide

VideAprès un parcours scolaire chaotique (exclu pour raisons disciplinaires de la cité scolaire de Chelles-Brou-Montfermeil – yo ! – puis d’une école d’ingénieur) mais brillant (DEA de physique théorique de Normale Sup avec mention (classé dans les dix premiers), court passage au laboratoire de physique corpusculaire du Collège de France) durant lequel il crée, dès 1987, ses premiers groupes de punk-rock (ainsi que le plus grand jeu grandeur nature de France (Killer UTC-ESCC)), l'IndispensablE devient en 1993 "bouffon à plein temps" avec son premier spectacle, un "one-man-show rock" passablement hard-core, The Suce-moi-la-Bite Tour. Conjointement, il assure pendant quatre ans sur Radio Libertaire et sur Fréquence Paris Plurielle une chronique radio hebdomadaire, le Billet du Vaquette, sous-titré Une minute de haine dans un monde de brute.

En 1997, Vaquette quitte le registre exclusif de la "provo anar drolatique" pour évoluer, avec J'veux être grand et beau, son deuxième spectacle, vers un travail plus profond, plus difficile, plus ambitieux : au mot "trash", il peut désormais accoler celui "d’intello"… Parallèlement, il crée en 1999, Un Printemps Bizarre, rassemblement national pluridisciplinaire underground dont l'ambition est de fédérer toutes les expressions "alternatives" qui subissent de fait une censure morale, économique et médiatique (Ah ! et puisqu’il faut être exhaustif, signalons que c’est à cette époque que l'IndispensablE apprend à nager (en club, j’entends) pour, la concurrence périclitant au fil des années, finir par participer (modestement, certes, mais tout de même) aux plus importantes des compétitions internationales dans sa classe d'âge.)

En 2000, l'IndispensablE s’offre une récréation sous la forme d’un spectacle de reprises, Un siècle et demi de chanson française hard-core (dont est tiré un CD live), qui sera suivi d’une série de performances (dont Ultimatum de Pessoa), de concerts (soirée hommage à Yann et les Abeilles à l'Européen, vernissage de Lyzane Potvin à l'Usine, lancement de la revue Hermaphrodite au Musée de l'Érotisme, etc.) et de la participation à quelques compilations CD (dont Tolérance double zéro aux côtés de Noir Désir, H-F. Thiéfaine, Sergent Garcia...).

En 2003, Je gagne toujours à la fin, son premier roman, paraît "Au diable vauvert" pour la rentrée littéraire dont il constitue l’un des événements à en croire Chronic’art. Malgré un putsch de Frédéric Taddéï en sa faveur (contre le livre soutenu par Frédéric Beigbeder, président du jury), Vaquette passe à deux voix près du prix de Flore, et ce, tout en ayant été écarté préalablement de la sélection ! Il se console néanmoins en obtenant le prix Goya 2003. L'IndispensablE en profite alors pour tourner de nouveau son spectacle J’veux être Grand et Beau, produire le DVD dudit spectacle, collaborer à différentes revues plus ou moins littéraires, participer à un CD "tribute" aux Ludwig von 88 (Mort aux Ludwig), faire saigner les oreilles à des petits cons de je ne sais plus quel cours de théâtre parisien en accompagnant à la guitare saturée une radicalissime performance de Lou Scamble (aka Sarah, chanteuse des Vieilles Salopes), publier (sur son site Internet) sa (très intéressante, semble-t-il) correspondance et sortir un CD, L'IndispensablE, réunissant ses meilleures (on va dire ça...) chansons.

La suite ? Elle est ici bien sûr : la sortie à l'automne 2008 du CD "Crevez tous, premier massacre" puis la tournée du spectacle éponyme jusqu'à décembre 2009 aux quatre coins de la France, de la Belgique et de la Suisse dans des salles dorénavant très souvent pleines, agrémentée de quelques passages dans l'émission de Frédéric Taddeï sur France 3, Ce soir (ou jamais !).

À partir de février 2010, Vaquette se lance dans un nouveau projet au départ récréatif mais qui va devenir assez rapidement très (!) ambitieux. Un deuxième roman, Du champagne, un cadavre et des putes, à la fois polar dans les codes plutôt rigolo et rentre-dedans ET roman social disons, plus exigeant et nettement moins drolatique pour ne pas dire franchement sordide. Parution espérée en 2015. À suivre...

Parallèlement, notons, premièrement, la mise en ligne sous forme de feuilleton (un épisode par semaine du 5 avril au 26 août 2013) de Une histoire de censure, très long entretien vidéo consacré – entre autre... – au sujet ; deuxièmement, d'un retour sur scène pour une "réinterprétation" radicale – étymologiquement, fidèle aux racines du morceau – de la Conjuration de la peur en version "concert" (automne 2014) ; et troisièmement, de l'écriture, sur l'énergie de l'énervement, d'un brûlot d'une centaine de pages, Je ne suis pas Charlie (je suis Vaquette), analyse critique de l'unanimisme guerrier qui a suivi les attentats contre Charlie Hebdo (édition Du poignon productions, mars 2015).

  Vide
Vide